Bienvenue sur le site du Doyenné de Marche-en-Famenne



" Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi !"
(Ps 22 )



Vu l'évolution de l'actualité, nous vous invitons à parcourir cette page. De nouveaux articles peuvent nous parvenir tous les jours
Merci à vous



Chers paroissiens,
Chers pèlerins des Remuages de saint-Monon,
Chers Nassognards,


La messe des Remuages de saint-Monon a été célébré aujourd'hui, en version soft, en communion spirituelle avec chacune et chacun de pèlerins, en communion spirituelle avec les Nassognards et toute notre Unité Pastorale.
La messe a été présidée par votre serviteur l'abbé Willy WELE-WELE, L'abbé Clément et le Père Michel ont concélébré.
La messe peut être visionnée directement sur notre site, sur le site de la commune de Nassogne ou encore sur le blog de Nassogne.
Voici le lien pour visionner sur le site de l'UP : site de l'Unité Pastorale Nassogne, section messes enregistrées

Nous avons invoqué Dieu par l'intercession de Saint-Monon pour les agriculteurs, les éleveurs, les fermiers de nos régions et d'ailleurs.

O grand martyr, o saint Monon nous prions Dieu en votre nom pour nos champs et pour nos villages, pour nos troupeaux aux pâturages, pour le blé qui lève au sillon, Protégez-nous o saint Monon ! Nous continuons notre série de messes enregistrées, célébrées en communion spirituelle avec toutes nos communautés locales et diffusées en ligne. La messe du 6ème dimanche de Pâques est déjà en ligne sur notre site ou sur le Blog de Nassogne, sous le lien que vous trouverez ci-dessous en pied de page, célébrée par l'abbé Willy WELE-WELE, en l’église Saint Jean-Baptiste d'AMBLY.

Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Allez dans le monde annoncer la Bonne Nouvelle Nouvelle, devenez des disciples-missionnaires.

Les évêques expriment toute leur reconnaissance à tous ceux et celles qui mettent tout en œuvre pour arrêter l’extension du Covid19 et qui entourent de leurs meilleurs soins les personnes atteintes par la maladie.


7e dimanche de Pâques

D'un seul coeur

Entre l'Ascension (espérance de la promesse) et la Pentecôte (accomplissement de la promesse se situent ces jours où les disdciples attendent la venue de l'Esprit, priant avec Marie, Mère de Jésus.
C'est aujourd'hui le dimanche de la prière.


Introduction

Entre l’Ascension et la Pentecôte, voici qu'aujourd'hui le Seigneur nous rassemble en son nom, comme il rassemblait Marie et les apôtres dans l'attente de l'Esprit...
Entre Ascension et Pentecôte, c'est l'attente vécue par la première communauté que la liturgie nous invite à faire nôtre. Ensemble, célébrons Celui qui, par sa mort et sa résurrection, donne sens à nos vies et nous ouvre un avenir. Il nous promet l’Esprit afin que nous puissions vivre dans le même Esprit que lui.

Prière pénitentielle

- Seigneur Jésus, parfois nous avons l'impression que tu es loin de nous ; pourtant tu es en chacun de nous. Pour nos manques d’attention à ta présence, prends pitié de nous !

- O Christ, tu nous invites à prier pour être en relation avec ton Père ; mais nous ne prenons pas toujours le temps nécessaire. Prends pitié de nous !

- Seigneur, tes disciples participaient fidèlement à la prière d'un seul cœur ; parce que nous n'avons guère le goût de la prière, prends pitié de nous !

Prière d'ouverture

Dieu notre Père, après avoir célébré dans la joie l'Ascension de ton Fils auprès de toi, voici que nous nous retrouvons avec ton Peuple dans l'attente du don de ton Esprit Saint. D'un seul cœur, nous te prions que ton Esprit nous donne de te reconnaître comme Celui qui nous donne la vie, en Jésus, ton Fils, notre Seigneur, Le Vivant pour les siècles des siècles.


Lecture du livre des Actes des Apôtres (Actes 1, 12-14)

Les Apôtres, après avoir vu Jésus s'en aller vers le ciel, retournèrent du mont des Oliviers à Jérusalem, qui n'est pas loin. (La distance ne dépasse pas ce qui est permis le jour du sabbat.) Arrivés dans la ville, ils montèrent à l'étage de la maison; c'est là qu'ils se tenaient tous: Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques, fils d'Alphée, Simon le Zélote, et Jude, fils de Jacques. D'un seul cœur, ils participaient fidèlement à la prière, avec quelques femmes dont Marie, mère de Jésus, et avec ses frères.

Oui, nous verrons la bonté de Dieu sur la terre des vivants !

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ?

J'ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche : habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie. »

Écoute, Seigneur, je t'appelle ! Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m'a redit ta parole : « Cherchez ma face ».

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (1 7, ib- 1 ia)

À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il leva les yeux au ciel et pria ainsi : " Père, l'heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui as donné autorité sur tout être vivant, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c'est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ.
« Moi, je t'ai glorifié sur la terre en accomplissant l'œuvre que tu m'avais confiée. Toi, Père, glorifie-moi maintenant auprès de toi : donne-moi la gloire que j'avais auprès de toi avant le commencement du monde. J'ai fait connaître ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé fidèlement ta parole. Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m'as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m'avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis venu d'auprès de toi, et ils ont cru que c'était toi qui m'avais envoyé.
« Je prie pour eux ; ce n'est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m'as donnés : ils sont à toi, et tout ce qui est à moi est à toi, comme tout ce qui est à toi est à moi, et je trouve ma gloire en eux. Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi.
" »

Profession de foi

Je crois en Dieu, le Père
, malgré son silence et son secret. Je crois qu’il est vivant, malgré le mal et la souffrance. Je crois qu’il a fait le monde pour le bonheur et pour la vie. Malgré les limites de notre raison et les limites de notre cœur, je crois en son Amour.

Je crois en Jésus, le Fils de Dieu, qui par sa résurrection a ouvert pour nous une perspective d’espérance sans limite. Au long de sa vie, il fut témoin de la Bonne Nouvelle du Père et invite à enraciner nos vies sur sa Parole, lui le bon berger.

Je crois en Dieu, l’Esprit d’amour. Il vit au plus secret de nous et nous rassemble en un seul Peuple. Il nous permet de rayonner de l’espérance qui est en nous, pour faire vivre l’Eglise de Dieu à laquelle nous appartenons.

Intentions.

Sur ton Eglise en attente du Don de l’Esprit à la Pentecôte, donne, Seigneur, ton Esprit d’unité et de fidélité au Christ.
Sur tous les hommes qui aspirent à vivre dans un monde plus fraternel, envoie ton Esprit d’espérance et de paix.
Sur ceux qui ont perdu le sens du pardon à cause de la guerre ou des épreuves trop lourdes, envoie, Seigneur ton Esprit de réconciliation.
Sur ceux que nous connaissons, marqués par la souffrance, la solitude, la maladie, envoie, Seigneur, ton Esprit de persévérance.
Sur notre communauté, sur chacun de nous, sur tous ceux qui assument une mission au service des autres dans nos villages, envoie, Seigneur ton Esprit de patience et de fidélité.

Prière pour la paix

Seigneur Jésus ressuscité, tu as confié la paix à tes disciples afin qu’ils en témoignent au cœur du monde. Mets en nos cœurs l’Esprit de vérité et de communion : que notre vie, fidèle à ta Parole, révèle aux hommes l’espérance d’une terre nouvelle. Pour cela, fais de nous des artisans de cette paix, aujourd'hui, demain et jusqu'aux siècles des siècles.

Toi, notre joie, notre espérance, toi dont chaque parole nous illumine, toi qui nous voulais fidèles, Seigneur Jésus, tu as prié pour nous.
Tu es vivant auprès du Père. Donne-nous de croire à ta prière, de nous appuyer sur elle.
Tu es assis à la droite du Père. Donne-nous au Père, Donne-nous les uns aux autres et que notre amour te glorifie !/p>

Commentaire

Si l'évangile de Jean est parfois complexe à comprendre, il nous livre des images fortes. La première : celle de Jésus qui prie son Père. Il ne le prie pas seulement pour lui-même à l'heure tragique de son départ, mais également pour ceux que le Père lui a donnés, pour ses disciples d'hier et d'aujourd'hui. Jésus aimait ces moments de solitude et de communion parce qu'ils donnaient sens à ce qu'il vivait. Une invitation à faire de même dans l'encombré de nos jours, à prendre le temps de ces pauses salutaires et vivifiantes.

La deuxième : il prie pour ceux qui sont dans le monde - le dicton populaire dirait au charbon... ou encore en pleine pâte humaine. Il connaît l'ardeur de la tâche, lui qui était touché au cœur par ce qui arrivait à tant de ses frères en humanité. Il sait d'expérience que la mission est lourde, que la moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux. Il prie donc pour eux afin qu'ils gardent courage dans ce monde qui trop souvent fait douter, désespérer ou agresse. 'Garde-les du mauvais', dira-t-il quelques lignes plus loin. La tentation du monde est de détourner de cette voie, bien sûr. Jésus le sait. Mais il invite à garder le cap de son témoignage de vie pour créer du neuf au cœur de ce monde-là, tel qu'il est, pour les hommes de ce temps, tels qu'ils sont. Pari de confiance et d'espérance qu'il livre à ses plus proches.

Il l'accompagne d'une promesse. L’œuvre accomplie ne sera pas vaine. Si la mission de faire connaître Dieu et le message révélé par son Fils Jésus peut donner sens à la vie aujourd'hui, elle sera source de vie éternelle. Il y a lieu de comprendre que l'essentiel est de prendre l'aujourd'hui au sérieux. En tant que disciple de prendre ses responsabilités, au lieu de les fuir comme le font tant. Oui nous sommes attendus au cœur du monde pour une mission au goût de l'évangile.

Comme il l'a promis avant l'Ascension, Jésus nous dit qu'il ne nous laisse pas seuls. Qu'il prie pour nous. Puisse cela nous réconforter. Et à nous aussi de trouver, comme lui dans la prière, cet élan et ce souffle pour repartir vers les hommes, nos frères.




Psaume pour les soignants

Seigneur,

Merci d'avoir semé dans le coeur de certains
Le don, le talent et la force de prendre soin.
Ce désir étonnant de remettre debout
Ceux que la maladie avait mis à genoux

De celui qui nettoie à celle qui opère,
De celle qui rassure à celui qui transfère
Tu as placé dans le coeur des soignants
Un trésor plus précieux que l'or et l'argent.

Mon Dieu, bénis ceux qui jour après jour
Affrontent la souffrance avec tant de bravoure
Maudis les puissants qui depuis des années
Sur l'autel de l'argent les ont tous sacrifiés

Donne à nos soignants la force de tenir
Contre cette épidémie dont nous craignons le pire
Donne à chacun de nous d'agir avec raison
Pour ne pas rendre impossible leur mission

Que cette épreuve soit une prise de conscience
Que leurs cris d'hier étaient plein de bon sens
Aujourdhui, chacun d'eux est pour nous un exemple
Demain, nous chasserons les marchands du temple.

Prière réalisée par la maison ouvrière du diocèse de Lille (Fr)


Au cœur de l'épidémie, les traces de Pâques

En ces temps si douloureux, cruels pour beaucoup qui ne peuvent accompagner un proche, comment oser dire la vie plus forte que la mort, pressentir des traces de Pâques ? C’est, travaillée par cette interrogation que, grâce à un ami, je découvre ces mots de l’abbé Pierre : "J’ai pris depuis longtemps l’habitude de dire que le partage fondamental de l’humanité n’est pas entre les « croyants » et les « incroyants », mais entre les « suffisants » et les « communiants », entre ceux qui se détournent devant la souffrance des autres et ceux qui acceptent de la partager. Et bien des « croyants » sont des « suffisants », et bien des « incroyants » sont des « communiants ».
Combien de non-croyants, en effet, qui ne connaissent rien de l’Évangile, qui n’ont jamais été au catéchisme, savent aimer, partager, donner ? Et combien de croyants vivent repliés sur eux-mêmes et ne mettent jamais en acte le message d’amour de leur religion ?"  
Alors si les traces de Pâques aujourd’hui avaient l’allure des "communiants" dont parle l’abbé Pierre ? Comme tous ceux, nombreux, qui confectionnent des masques. Ou les boulangers qui livrent pains et brioches aux hôpitaux. Ou les maisons de couture reconverties pour fabriquer surblouses et masques. Mais aussi des loueurs de vélo qui les prêtent ou tout ce qui s’organise pour la garde d’enfants, les courses, la livraison de repas. D’autres encore proposent des logements gratuits. Des taxis conduisent gratuitement soignants, éboueurs, livreurs, pompiers, policiers. Ou encore fleuristes et horticulteurs qui livrent des fleurs à la sortie des hôpitaux. Ou ce Mc Do reconverti en banque alimentaire, des associations en faveur d’ados de quartiers populaires qui inventent d’autres formes de soutien, par des vidéos.
D’autres qui font de la prévention auprès de SDF et des étudiants qui ont créé des émissions de radio pour les personnes en EHPAD (en Belgique, lire "Maisons de repos"). La liste est chaque jour longue et inventive. Voilà Pâques qui se dessine, là où on ne l’attendait pas.

En écho à ce que vient d'écrire si justement Véronique Margron, cette méditation de Charles Singer, alsacien. Et dans le contexte actuel, cela parle d'autant plus fort.




Passer dans la Vie

Avec Jésus de Nazareth, mort et ressuscité,
nous passons dans la vie
chaque fois que nous passons à l’accueil
et Dieu sait s’il faut pour cela mourir à l’exclusion ;

chaque fois que nous passons à la fidélité
et Dieu sait qu’il faut pour cela mourir à l’égoïsme ;
chaque fois que nous passons au pardon, et Dieu sait qu’il faut pour cela mourir à la haine et à la vengeance ;

chaque fois que nous passons au partage et Dieu sait qu’il faut pour cela mourir au superflu et parfois au nécessaire ;
chaque fois que nous passons à la prière,
et Dieu sait qu’il faut pour cela naître à l’humilité ;

chaque fois que nous mourrons au péché
agrippé avec ténacité à notre humanité,
et Dieu sait qu’il faut pour cela naître à la grâce ;

chaque fois que nous passons à la tendresse, car la tendresse est le premier signe, le printemps, d’une humanité ressuscitée, redressée dans toute sa beauté à la taille du Christ ;
chaque fois que nous passons à la pratique de l’évangile.

Depuis ce matin, à l’aurore, avec le Christ vivant,
Pâques est devenu l’histoire de notre Passage à la Vie.



Notre doyenné fait partie du diocèse de Namur, en Région Wallonne (Belgique).
Il est constitué de l'ensemble des paroisses situées sur les communes de Hotton, Marche-en-Famenne, Nassogne, trois communes de la province de Luxembourg et Somme-Leuze, commune de la province de Namur.
Nos paroisses sont des lieux de vie, constitués de femmes et d'hommes qui s'efforcent de travailler ensemble à la construction d'un monde où il fait bon vivre aujourd'hui et qui demain sera meilleur encore.
Elles tentent de le faire de bien des manières en restant toujours en lien fidèle avec Jésus, avec l'Eglise universelle et avec toutes les personnes de notre temps, sans aucune distinction.
Elles s'inspirent des valeurs de l'Evangile et veulent se mettre au service de tous.
Bref, nos paroisses, c'est l'Eglise près de chez vous ; les bâtiments "églises" bien sûr, mais surtout les communautés qui s'y rassemblent.

Les équipes pastorales d'animation du Doyenné se réjouissent de votre visite.



Haut