Bienvenue sur le site du Doyenné de Marche-en-Famenne



« Le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu »
(Lc 19, 1-10)


Au nom de la Mère

A partir du livre d'Erri De Luca, Philippe VAUCHEL a mis en scène Au nom de la mère. Un texte fort qui parle de Marie et de Joseph, dans l'attente de Jésus... La suite des infos en cliquant la rubrique AGENDA ci à gauche.
Organisation de la paroisse de Marche

La Toussaint : la fête de tous les saints...

Ci-après une méditation du Père Jean-Marc Thévenet, père abbé d'Acey, sur le sens de la sainteté.


La sainteté !... Ce n’est pas le genre de produit qui risque d’attirer les foules ! Autrefois, ça mobilisait d’innombrables croyants prêts à tout perdre pour gagner le Ciel, et ça remplissait les déserts et les monastères. Aujourd’hui, ça rebute ou, plus précisément, ça laisse indifférent. Il faudrait peut-être, comme on dit, une bonne campagne de pub !...
En fait, ne parlons pas de la sainteté, c’est trop abstrait ! Parlons plutôt des saints ! Là, nous avons affaire à des hommes et des femmes bien réels, bien de chez nous. Et cependant avouons que nous avons bien du mal à les rejoindre, à nous laisser accrocher par leur proximité fraternelle et le témoignage de leur vie.
La raison en est, me semble-t-il, que nous imaginons le saint comme un superchampion qui a tout pour remporter 1e grand prix, alors que nous autres, pauvres fantassins du Bon Dieu, nous pataugeons dans le maquis du quotidien.

Une jeune me disait un jour qu’elle trouvait parfaitement injuste que même, dans le monde de Dieu, il y ait des privilégiés et des surdoués… et que les autres soient un peu comme le Quart-monde !...
Que répondre ?... Tout d’abord que lorsque l’Église canonise quelqu’un, c’est-à-dire le déclare saint, elle ne prétend pas qu’il est hors du commun, mais qu’il peut être pour nous une référence. Les saints canonisés, par leur vie et leurs écrits imprégnés d’Évangile, nous sont proposés comme des repères sûrs et de véritables guides spirituels. Ils nous rappellent les grands axes de toute existence chrétienne.
Puis n’oublions pas que les saints canonisés, même s’ils sont nombreux sur nos calendriers, ne sont qu’un groupe infime comparé à la multitude des amis de Dieu – hommes, femmes et enfants – qui sans avoir eu de mission spécifique pour l’Église et le monde ont semé l’amour sur notre terre et donné un visage au Christ. Rappelons-nous que la grande sainte que fut la Vierge Marie, a mené une existence tout ordinaire qui ne laissait rien paraître de la grandeur exceptionnelle de sa mission et de sa sainteté.
Et nous, sans prétendre nous comparer à quiconque, nous sommes néanmoins appelés à devenir nous aussi des saints. Pas des saints au rabais, mais des hommes et des femmes rayonnants d’une authentique sainteté. Car si la sainteté, c’est l’amitié avec Dieu, alors aucun de nous n’est en ce domaine ni handicapé, ni hors jeu. Encore faut-il que nous ne nous laissions pas piéger par l’illusion de la perfection, comme toute une littérature l’a inculqué à des générations de croyants. Être saint n’a rien à voir avec être parfait. D’ailleurs, aucun saint ne le fut. Même les plus illustres avaient des failles, et ils devaient sans cesse compter sur la miséricorde du Seigneur et recourir à son pardon.
Rechercher la perfection, c’est tout centrer sur soi. La perfection ne supporte pas ses défaillances, encore moins celles des autres. Elle est intolérante et triste. Par contre la sainteté est humble et joyeuse parce qu’elle accepte d’être elle-même avec ses pauvretés et son péché… « Heureux les pauvres ! Heureux les doux ! » 

Sur notre route à la suite du Christ Jésus, afin de devenir avec lui et en lui « enfants du Père », nous avons besoin de guides et de repères. Les saints – au moins certains d’entre eux – peuvent l’être pour nous. Mais ils ne doivent jamais être des modèles à imiter servilement. La sainteté que chacun d’entre nous est appelée à réaliser est unique, comme est unique l’amour que Dieu a pour chacun de nous, pour chacun des milliards d’êtres humains d’hier, d’aujourd’hui et de demain. L’ Esprit-Saint est extraordinairement inventif. Alors, n’ayons pas peur ! Malgré tout ce qui nous blesse, nous humilie, nous désespère, nous sommes dès maintenant enfants de Dieu et rien ne peut nous arracher à sa main.

« Réjouissons-nous, soyons dans l’allégresse, car notre récompense est grande dans les cieux ! »  

TON ABSENCE

Comme une bouffée de chagrin
Ton visage ne dit plus rien
Je t'appelle et tu ne viens pas
Ton absence est entrée chez moi

C'est un grand vide au fond de moi
Tout ce bonheur qui n'est plus là
Si tu savais quand il est tard
Comme je m'ennuie de ton regard

C'est le revers de ton amour
La vie qui pèse un peu plus lourd
Comme une marée de silence
7 Qui prend ta place et qui s'avance

C'est ma main sur le téléphone
Maintenant qu'il n'y a plus personne
Ta photo sur la cheminée
Qui dit que tout est terminé
Tu nous disais qu'on serait grands
Mais je découvre maintenant
Que chacun porte sur son dos
Tout son chemin comme un fardeau

Les souvenirs de mon enfance
Les épreuves et les espérances
Et cette fleur qui s'épanouit

sur le silence...

Ton absence

Je dors blotti dans ton sourire
Entre le passé, l'avenir
Et le présent qui me retient
De te rejoindre un beau matin

Dans ce voyage sans retour
Je t'ai offert tout mon amour
Même en s'usant l'âme et le corps
On peut aimer bien plus encore

Bien sûr, là-haut de quelque part
Tu dois m'entendre ou bien me voir
Mais se parler c'était plus tendre
On pouvait encore se comprendre

Mon enfance a pâli, déjà
Ce sont des gestes d'autrefois
Sur des films et sur des photos
Tu es partie tellement trop tôt

Je suis resté sur le chemin
Avec ma vie entre les mains
À ne plus savoir comment faire
Pour avancer vers la lumière

Il ne me reste au long des jours
en souvenir de ton amour
que cette fleur qui s'épanouit

sur le silence...

Ton absence.

Yves DUTEIL



Après la première communion

La catéchèse, proposée par le diocèse, prévoit aujourd'hui un cheminement de Foi avec les enfants plutôt que deux périodes de préparation vers la première communion (anciennement en 2ème primaire) ou vers la confirmation (en 5ème et 6ème primaires). Cet éveil à la Foi commence dès la 1ère année du primaire et conduit à la célébration des premières communions en troisième. Le chemin vers la confirmation étant, chez nous, proposé comme auparavant en 5ème et 6ème. Restait à proposer la quatrième année. Elle s'articulera autour de quatre rencontres : une au premier semestre, l'autre au deuxième (les enfants de tous les villages du secteur de Marche ensemble) ; s'y ajoutent les fêtes de Noël et de Pâques en Paroisse. La proposition de quatrième voir... I C I
pour obtenir des détails concernant la première rencontre qui se déroulera ce lundi 11 novembre à l’IND, rue Nérette à Marche, de 13.45 à 17.00.


Encore des changements dans les horaires dans le secteur de Marche_:
La vie nous pousse en avant et demande chaque jour des aménagements. La vie religieuse, elle aussi, subit les suites des décisions prises chez nous et ailleurs. Mais chacun fait ses choix et les responsables régionaux en tiennent nécessairement compte.
Ainsi notre évêque actuel, Pierre Warin, a dans son programme le souhait de voir des célébrations dominicales qui sont des signes visibles du royaume de Dieu qui se construit sur terre et pour cela, il nous demande d’y veiller dans notre coin.
De plus, nous devons combiner avec les nouvelles fonctions de l’abbé Barbieux qui est devenu président du Grand Séminaire à Namur et vicaire épiscopal, ce qui impliquera une moindre présente dans notre coin, même s’il reste en même temps curé de Marloie.
C’est ainsi que nous aurons dans notre secteur pastoral de Marche 4 lieux de célébration le dimanche_: Aye, Marche, Marloie, Waha, …. Le samedi se vivra en tournante une fois par mois entre les églises de Champlon, Grimbiémont, Hargimont, Humain, Lignières, On, Roy. C’est ainsi qu’une messe sera célébrée à l’église de Humain tous les 2è samedi de chaque mois, les autres samedis, nous serons donc invités à la clinique à Aye où il y a une messe le samedi à 17h00. Il reste toujours la possibilité d’assurer une messe en semaine dans chaque village dans les maisons particulières (comme le faisaient d’ailleurs les 1ers chrétiens).

Pour ceci, prendre contact avec Henri 0473732008.

P.S._: ce programme commence au mois de novembre. :
le samedi:
à 17h00 à Grimbiémont (1er), roy,- (2e), Lignieres (3e) et Champlon (4e)
à 17h00 à la chapelle de l'hôpital
à 18h00 à Marche et à Marloie à 19h00 à On (1er), Humain (2e) et Hargimont (3e) le dimanche
à 9 h.30 à Marche et à Waha
à 09h45 à Marloie,
à 11h00 à Aye
les lundi, mardi et mercredi à 18h00 à Marche
le 1er et 3e mercredi à 14h00 à "La Reine des Prés à Waha le jeudi à 08h30, à Marche
le vendredi à 10h45, à la "Douce Quiétude" à Aye et à 16 h.15 au home Libert à Marche.



Notre doyenné fait partie du diocèse de Namur, en Région Wallonne (Belgique).
Il est constitué de l'ensemble des paroisses situées sur les communes de Hotton, Marche-en-Famenne, Nassogne, trois communes de la province de Luxembourg et Somme-Leuze, commune de la province de Namur.
Nos paroisses sont des lieux de vie, constitués de femmes et d'hommes qui s'efforcent de travailler ensemble à la construction d'un monde où il fait bon vivre aujourd'hui et qui demain sera meilleur encore.
Elles tentent de le faire de bien des manières en restant toujours en lien fidèle avec Jésus, avec l'Eglise universelle et avec toutes les personnes de notre temps, sans aucune distinction.
Elles s'inspirent des valeurs de l'Evangile et veulent se mettre au service de tous.
Bref, nos paroisses, c'est l'Eglise près de chez vous ; les bâtiments "églises" bien sûr, mais surtout les communautés qui s'y rassemblent.

Les équipes pastorales d'animation du Doyenné se réjouissent de votre visite.



Haut