Bienvenue sur le site du Doyenné de Marche-en-Famenne



« Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres »
(Jn 13, 31-33a.34-35)


Quels prêtres pour aujourd’hui ?

Lors du dimanche des vocations (4ème dimanche de Pâques), l’occasion nous est offerte de nous interroger sur le sens des ministères aujourd’hui.
A ce sujet, je vous livre quelques lignes d’un éditorial récent de Bertrand Réveillon, diacre : « Il y a 25 ans, on s’interrogeait : ‘Va-t-on vers une Eglise sans prêtre ?’ Déjà la raréfaction des vocations suscitait l’inquiétude. Un quart de siècle plus tard, où est-on ? Si l’on chausse les seules lunettes du statisticien, il y a de quoi rester inquiet ! Les quelques entrées au séminaire ne peuvent cacher l’effondrement de la démographie presbytérale. On ne remplacera pas – loin s’en faut ! – les départs en retraite… Les évêques se trouvent devant un choix impossible : donner des pasteurs aux communautés tout en préservant l’équilibre de prêtres peu nombreux et débordés. Il n’est plus temps de colmater les brèches pour maintenir un système ancien. Le modèle ecclésial « un clocher, un curé » a depuis longtemps du plomb dans l’aile ! Et les tentatives de regroupement paroissial ne feront, tout au plus, que reculer le problème. Cette crise douloureuse offre l’occasion – la grâce ? – de s’interroger sur le rôle du prêtre'.
Il convient donc aujourd’hui de sortir de la seule logique du nombre. La question urgente n’est pas tant ‘combien de prêtres’ (même si elle se pose) que ‘quels prêtres ?’ Faire l’économie de cette réflexion en tentant, dans l’affolement, d’imposer les modèles cléricaux d’hier, c’est trahir, à coup sûr, la réalité d’aujourd’hui et la fidélité à l’avenir !
Quel rôle alors ? Qui d’ailleurs se met en place, petit à petit chez nous… Mgr Rouet répond : « Le nombre moins important de prêtres risque de conférer à chacun une position dominante… » Si l’autorité est ‘un service’, la foi doit modifier l’exercice du pouvoir. Le ministère presbytéral ne peut, dès lors, se vivre que dans la ‘collaboration’, car une communauté consiste à porter ensemble une même charge.
Avec ce fonctionnement renouvelé auquel participent les différents acteurs pastoraux, le prêtre loin d’apparaître comme le seul maître à bord, suscite les responsabilités et fait confiance. Il ouvre ‘les mains pour ne plus tenir tout en main’ ! Son ministère, à l’image de Paul, peut ainsi retrouver une forme ‘d’itinérance’. Il est celui qui visite les communautés, met en route les baptisés, authentifie, relie au Christ, à l’Eglise et suscite les vocations...
Il est donc question, très justement, de d’abord faire communauté ; et il y a encore du chemin à parcourir en ce sens. Il est aussi question de responsabilités pastorales à porter ensemble, sans oublier de susciter un intérêt pour approfondir la Parole qui donne sens à ce que nous entreprenons. Des défis que nous souhaitons relever avec les confrères de notre doyenné.
Comprenez donc que l’essentiel n’est pas d’abord à quelle heure et où la messe sera célébrée – même si ce souci d’organisation est important – mais bien quelle communauté chrétienne nous formons ; ou souhaitons former. Autre question cruciale : comment répondons-nous, chacun suivant nos charismes, nos disponibilités, nos moyens, à notre vocation de baptisés, envoyés par le Christ comme porteur de sa Bonne Nouvelle dans nos divers lieux de vie ?
S’il existe des ministères particuliers dans notre Eglise – ceux de prêtre, de diacre, de religieux ou de moine – c’est pour nous rappeler que tous nous sommes appelés au service, au rassemblement autour du Christ, à la prière et au silence, au coeur de nos vies encombrées. Cela n’est pas l’affaire de quelques-uns, mais de chacun, comme baptisé et frère du Christ Vivant.

Abbé Bernard Van Vynckt
Doyen de Marche



Notre doyenné fait partie du diocèse de Namur, en Région Wallonne (Belgique).
Il est constitué de l'ensemble des paroisses situées sur les communes de Hotton, Marche-en-Famenne, Nassogne, trois communes de la province de Luxembourg et Somme-Leuze, commune de la province de Namur.
Nos paroisses sont des lieux de vie, constitués de femmes et d'hommes qui s'efforcent de travailler ensemble à la construction d'un monde où il fait bon vivre aujourd'hui et qui demain sera meilleur encore.
Elles tentent de le faire de bien des manières en restant toujours en lien fidèle avec Jésus, avec l'Eglise universelle et avec toutes les personnes de notre temps, sans aucune distinction.
Elles s'inspirent des valeurs de l'Evangile et veulent se mettre au service de tous.
Bref, nos paroisses, c'est l'Eglise près de chez vous ; les bâtiments "églises" bien sûr, mais surtout les communautés qui s'y rassemblent.

Les équipes pastorales d'animation du Doyenné se réjouissent de votre visite.



Haut